FaLang translation system by Faboba

Alentejo

À voir, À faire


Promenades sur l'Alqueva

Plus grand lac artificiel d’Europe occidentale, l’Alqueva s’étend sur 100 km du nord au sud, couvre 250 km2, parcourt 1200 km de côtes, et affiche jusqu’à 96 m de profondeur. Il tient son nom du petit village jusque-là anonyme, au sud de la retenue, où a été bâti le gigantesque barrage qui vient fermer le lac. Projet de longue haleine, la construction a duré quatre ans, puis le lac s’est rempli en quatre ans, jusqu’en 2002.
À cheval sur le fleuve Guadiana frontalier entre l’Espagne et le Portugal, il arrose majoritairement les terres portugaises, en plein Alentejo, sec et sauvage, dans un paysage quasi-lunaire. Il offre ses rives à la baignade, au ski nautique, et ses immensités d’eau à de des excursions en bateau absolument divines.

Randonnées

À pied, à cheval, à vélo, à VTT, et même à moto, la région de Monsaraz et les rives de l’Alqueva offrent des centaines de kilomètres de balades, courses, et randonnées. S’il est possible de se lancer à pied ou à vélo pour une petite virée, il est recommandé de s’adresser à des prestataires et organisateurs pour des excursions de plusieurs jours, qui eux, connaissent les pistes, les meilleurs gîtes, les bonnes tables, etc.
En raison des fortes chaleurs d’été, il est conseillé de ne pas randonner, de la mi-juin à la mi-septembre.

Patrimoine et culture

L’olive, le liège, le vin, les villages blancs… et les toros bravos. Les taureaux de combat, au même titre que les chevaux lusitaniens, sont indissociables de la culture du sud du Portugal, ils sont l’essence, l’emblème des vastes domaines agricoles, qui s'étalent sur des milliers d’hectares dans cet Alentejo désert.
Le village de Monsaraz compte autour de lui, parmi les ganaderias les plus prestigieuses de la péninsule ibérique. Quelques-unes, rares, entrouvrent leurs portes aux passionnés ou aux novices curieux, et leur accordent le privilège d’aller voir de près, en visite guidée, les nobles taureaux dans leurs pâtures.

Vignobles et vins

Pour qui aime les vins forts, puissants et taniques, les vins d’Alentejo sentent bon le Sud et le soleil. Régulièrement primés dans les concours viticoles mondiaux et classés parmi les meilleurs du pays, avec ceux de la région de Lisbonne et du Douro (Porto), ils se savourent à l’apéritif ou lors des repas.
De Monsaraz à la Route des vins d’Alentejo, il n’y a qu’un pas, puisque cette dernière passe à quelques kilomètres de la forteresse. L’occasion de découvrir nombre de beaux vignobles et caves réputées, et de déguster des vins de grande qualité, et pourquoi pas, quelques bonnes huiles d’olive.

Villes et villages d'Alentejo

Vaste désert humain, l’Alentejo est parsemé de ces villages blancs sur fond de ciel bleu, si typiques, si charmants, où le temps semble arrêté. Chacun d’entre eux vaut le détour, à commencer par Mourão, qui fait fièrement face à Monsaraz, de l’autre côté de l’Alqueva, connu pour ses balcons en fer forgé et ses rues d’orangers.
Si vous aimez chiner, la très belle ville d’Estremoz vaut le détour, à 60 km de Monsaraz. Choisissez le samedi matin, où se tient, sur la grande place, le marché de plein air et la grande brocante.
Sur la route de retour, égrainez comme un chapelet les villages fortifiés, d’Alandroal, et de Terena, et la majestueuse Vila Viçosa et son palais ducal.

Quelques questions fréquemment posées


Où faire ses courses ?

Joyau d’Alentejo qui domine l’Alqueva et surveille l’Espagne, Monsaraz compte seuls 40 habitants à l’année, et une vingtaine de petites boutiques, bars et restaurants. Merveille pour se ressourcer, la forteresse ne propose aucun commerce pour la vie quotidienne. Vous pourrez vous approvisionner aisément à Reguengos de Monsaraz, la grande ville locale, à 17 km, qui compte nombre de grandes surfaces, pharmacies, stations-services, banques, etc. et un centre de santé.

Côté Cuisine

On mange délicieusement bien en Alentejo, et la région de Monsaraz ne fait pas exception à la règle. Grillades de bœuf ou de cochon noir, poulet à la broche, poulpe grillé ou en salade, morue, jambon de patanegra, gaspacho, fromages et tapas variés et originaux comme les œufs brouillés aux asperges sauvages ou au chorizo, etc. Côté prix, les cartes sont très abordables, comparativement à la France, surtout si vous savez gérer les doses proposées ! En effet la plupart des restaurants continuent de servir au plat et non à l’assiette, et les doses sont très copieuses. Aussi, comptez deux plats pour trois, voire même un plat pour deux, surtout si vous avez grignoté des olives, du fromage et autres tapas en entrée. A noter : les végétariens, un peu en difficulté dans un pays où la viande et le poisson font partie intégrante de la cuisine, trouveront à Monsaraz quelques bonnes adresses à leur convenance.

La langue, une barrière ?

Les Portugais sont très accueillants, et ils ont l’habitude d’aider les étrangers qui butent sur leur langue insolite. Parce qu’il faut bien avouer que la langue portugaise est loin d’être accessible, surtout dans sa compréhension orale. Le portugais écrit peut se laisser déchiffrer avec quelques notions d’espagnol, mais lorsqu’il est parlé, sa prononciation laisse perplexe les non initiés. Les Portugais le savent et beaucoup parlent espagnol, anglais ou français, et même s’ils ne parlent aucune langue étrangère, ils essaieront toujours de vous sortir d’un mauvais pas, en appelant à la rescousse un ami, un voisin, un cousin, qui lui, pourra traduire.

Pour toutes informations complémentaires, contactez-nous ici